L’homme simplifié, ou le syndrome de la touche étoile

 

Les technologies nous obligent à des comportements stéréotypés, symbolisés par la touche étoile du clavier, explique le philosophe Jean-Michel Besnier, auteur du livre « L’homme simplifié » (Fayard). D’où ce paradoxe de l’homme moderne, certes augmenté par les technologies qui développent certaines de ses capacités mais pas celles de l’essence humaine comme l’esthétique ou l’humour. Il devient une mécanique absurde qui ne pourra jamais concurrencer les machines. Même dans une société rendue plus confortable par les technologies, il faut continuer de privilégier la réflexion et l’intériorité propres à l’homme. D’où le conseil du philosophe aux concepteurs de machines : savoir distinguer le signal, qui est un simple indicateur de comportement, du signe qui seul permet l’échange. L’idéal : réaliser des machines à conversation…