Entrez dans « l’économie du nous »

Pour mener à bien leur stratégie digitale, les entreprises doivent repousser leurs limites et intégrer un vaste écosystème de partenaires numériques. Elles façonnent ainsi une nouvelle génération de produits, services et modèles économiques. Bienvenue dans l’« économie du nous » ! Auparavant, les entreprises construisaient et vendaient leurs propres produits et services intégrés. Aujourd’hui, les grands groupes développent des offres inédites via des start-ups, des fournisseurs d’outils digitaux ou d’autres partenaires. Ils sont entrés dans la « We economy », c’est-à-dire qu’ils étendent leur écosystème pour construire de nouvelles offres intégrées.

Santé et voiture connectées

Un exemple : Philips n’est plus seulement un fournisseur d’équipements médicaux mais aussi un intégrateur de données. Avec Salesforce, Philips a créé une plateforme qui permet aux médecins et chirurgiens de travailler en mode collaboratif, d’interagir avec leurs patients et de disposer de données complètes les concernant. Ainsi, le corps médical peut affiner son diagnostic et ses traitements ; les patients, eux, sont plus engagés et responsabilisés dans le suivi médical. Philips orchestre un vaste écosystème de partenaires et de développeurs d’applications pour recueillir, traiter, valoriser et publier les données médicales. Prenons un autre exemple dans le secteur automobile : grâce à des partenariats avec des entreprises leaders dans les systèmes de navigation, les médias, les médias sociaux et les loisirs, Fiat-Chrysler intègre sa plateforme Uconnect dans ses « voitures connectées ». La voiture est désormais un outil de mobilité et de communication qui transporte le conducteur avec son environnement : il est relié à sa maison, son bureau… L’assurance est aussi embarquée dans la voiture via le concept « Pay as you drive  »  on paie l’assurance plus ou moins cher en fonction de la qualité de sa conduite et du nombre de kilomètres parcourus.

Chacun selon ses besoins : une économie des résultats ultra personnalisée

Plutôt que de faire porter uniquement en interne leurs efforts pour améliorer leurs propres opérations, les entreprises se tournent donc vers l’extérieur pour créer des écosystèmes numériques. Elles commencent à prendre conscience de l’importance de vendre non plus de simples produits et services mais des résultats, ce qui passe par l’intégration de leurs activités dans un tissu numérique élargi à leurs clients, partenaires, employés et secteurs d’activité. Chaque maillon de la chaîne de valeur est rémunéré en fonction de sa contribution aux résultats, selon des indicateurs métiers : un fabricant de pneus souhaite les vendre à la performance au kilomètre parcouru. Citons aussi l’exemple du théâtre Teatreneu de Barcelone : on y utilise des technologies de reconnaissance faciale pour enregistrer chaque rire ; les spectateurs paient en fonction de leur satisfaction exprimée par leur rire qui s’apparente à un véritable modèle « laugh as a service ». Dans ce cas de figure, le consommateur paie pour le bénéfice qu’il retire du produit ou service et non pour sa valeur générique. Une deuxième caractéristique de « l’économie du nous » en découle : l’ultra personnalisation. Les objets du quotidien sont connectés à une multitude de canaux digitaux qui produisent un très grand nombre de données. Les plateformes, parties intégrantes de l’écosystème des entreprises, permettent de collecter et traiter l’ensemble des données qui vont aboutir à cette ultra personnalisation. A l’extrême, on peut devancer les besoins : Amazon a déposé un brevet pour anticiper les commandes de ses clients avant qu’ils ne les aient réalisées pour garantir la disponibilité rapide des produits… Dans ce contexte, il est évident que les questions de sécurité deviennent encore plus critiques. Les objets connectés doivent inclure des dispositifs très performants pour sécuriser les données personnelles et les transactions. Les banques adoptent d’ailleurs des procédures de plus en plus complexes pour sécuriser le paiement sur Internet et par mobile. Les consommateurs s’inquiètent de ce sujet, ce qui est bien normal : quand on partage notamment des informations médicales sur les patients, on se doit d’y intégrer des couches de sécurité. Il existe bien évidemment des solutions de sécurité « intelligente » fiables pour les objets connectés, transversales aux secteurs d’activité.

Nouveaux modes de vie et de travail

L’économie du nous n’impacte pas seulement les modes de production des entreprises, elle influe sur nos modes de vie au quotidien. Les plateformes collaboratives ont transformé notre manière de voyager (BlaBlaCar, Airbnb) ou de financer des projets (Lending Club, KissKissBankBank…). Les modes de consommation sont bouleversés par l’instantanéité et l’ultra personnalisation des services : d’ici quelques années, on pourra être livré très rapidement chez soi par drone ; une personne à la recherche d’un objet précis reçoit une alerte sur son smartphone quand elle se trouve près d’un magasin qui le vend ; c’est l’ère de l’informatique contextuelle. L’information arrive au consommateur en fonction de ses habitudes et des demandes qu’il a formulées sur le web. C’est plus efficace que la publicité ! Les modes de travail se transforment aussi, notamment par le crowdsourcing : l’entreprise ouvre ses portes, elle rassemble des équipes d’experts internes et externes qui interviennent sur un projet pendant une période donnée. On ne crée plus un produit dans une entreprise mais avec une association d’équipes : intégrateurs, fournisseurs de services et d’équipements travaillent ensemble en plateau virtuel, utilisant des outils participatifs pour construire les produits et assurer leur maintenance. La transformation digitale impacte l’entreprise, les modes de vie de ses clients et reconfigure entièrement des secteurs d’activité. En entrant dans l’économie du nous, les entreprises peuvent relever des défis qu’elles n’auraient même pas pu imaginer auparavant : identifier les produits convoités par les consommateurs avant qu’ils ne les aient commandés, reconfigurer complètement les moyens de transport ou accroître la qualité des soins médicaux par une collaboration de tous les acteurs.

***

Retrouvez les 5 tendances décryptées en vidéos :

L’internet du moi

Entreprise intelligente

Economie des résultats

Révolution des plates-formes

Main d’oeuvre réinventée

  • Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
  • Twitter
  • Youtube